TWENTY-SEVEN PERSPECTIVES // MAUD LE PLADEC

Le rapport à la musique fonde tout le travail de Maud Le Pladec. Elle ne s’en départ pas dans sa dernière pièce Twenty-seven perspectives. Or c’est une nouvelle page blanche qu’elle aborde en position de directrice du Centre chorégraphique national d’Orléans.

Onze danseurs visitent la Symphonie n°8 de Schubert, comme une cathédrale d’architecture sonore. Toutes les structures en ont été analysées, finement, rigoureusement, filtrées dans une version inventée par le compositeur contemporain Pete Harden. La danse en découle, pour donner à voir et entendre une vision dynamique de la musique symphonique. Cependant celle-ci est soustraite à la scène, n’est plus un objet à reconnaître, qui sonnerait pour elle-même. Le pari est audacieux, captivant, qui fait triompher la musique, souveraine mais finalement cachée, comme source d’une expression renouvelée à travers les corps.


Centre chorégraphique national d’Orléans
Conception, chorégraphie Maud Le Pladec
Création lumière Éric Soyer
Création musicale, arrangements Pete Harden
Compositeur Franz Schubert Symphonie n° 8, inachevée D 759 (1822–)
Création costumes Alexandra Bertaut
Assistanat Julien Gallée-Ferré
Interprétation Régis Badel, Amanda Barrio Charmelo, Olga Dukhovnaya, Jacquelyn Elder, Simon Feltz, Maria Ferreira Silva, Aki Iwamoto, Daan Jaartsveld, Louis Nam Le Van Ho, Noé Pellencin


Jeudi 10, vendredi 11 janvier 20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 13€ à 25€
Durée 60 minutes

Plus d’informations : http://www.scenenationaledorleans.fr

Cet article vous a plu ? Partagez le :