LA SANCTION POUR REFUS DE PRIORITÉ À UN PIÉTON EST DURCIE

 C’est une nouvelle mesure pour tenter de réduire le nombre de piétons morts sur les routes, qui s’élevait à 519 l’an dernier. 
Un décret a été publié mardi 23 octobre dernier au Journal officiel, à la suite du comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier.
Il modifie le Code de la route et prévoit un tour de vis sur les refus de priorités aux piétons sur les passages dédiés.

Ce comportement était déjà passible d’un retrait de 4 points sur le permis de conduire. Il en coûtera désormais 6 aux contrevenants, à partir du 23 ocotobre. Cette sanction est valable si le piéton « s’engage régulièrement dans la traversée d’une chaussée ou manifeste clairement l’intention de le faire ».
Autre nouveauté, la constatation de cette infraction peut se faire par simple vidéosurveillance.
D’autres mesures sont en préparation, notamment pour rendre plus visibles ces passages piétons.

Explications :
L’obligation de céder le passage à un piéton s’applique, s’il est régulièrement engagé dans la traversée de la chaussée, mais aussi s’il en manifeste clairement l’intention (par exemple en se dirigeant de façon manifeste vers la chaussée). Dans ce cas, un conducteur peut être verbalisé pour ne pas céder le passage à un piéton qui est encore sur le trottoir. Un piéton « régulièrement engagé » est un piéton qui est « dans ses droits ».

Cet article vous a plu ? Partagez le :